...et le texte devient support


En même temps que je peignais, que je dessinais, j'écrivais beaucoup sur des sujets divers mais
essentiellement métaphysiques ou existentialistes, des sujets que l'on garde au fond de soi.
Je passais autant de temps à écrire qu'à dessiner. C'était un besoin.


 


Chercher ce qu'est la vie, connaître son chemin,
Est-ce agir en impie, si le terme convient
Que de croire un instant que derrière le miroir
Quelque chose de grand nous a sorti du noir

Est-ce agir en enfant, si quelquefois la nuit
À l'heure où l'isolement envahit notre esprit
Que d'avoir l'air perdu, démuni, sans appui
Privé de cette vue qui nous rive à la vie
Cherchant pourquoi, comment, nous nous trouvons ici
Cherchant si cet enfant a un père, un ami.

Et si rien n'existait, et si tout était faux
Comment l'envisager sans passer pour un sot
Un sot qui ne sait rien et qui prend son plaisir
À chercher son destin au fond de ses désirs.

C'est beaucoup plus qu'un sot, certainement un fou
Qui d'un certain culot bafoue tous nos tabous
Oser sans le prouver prétendre que le dur
Et tout ce qui paraît n'est sûrement pas si dur

Que la matière, enfin, que tout notre univers
Ne prouve rien de rien mais inspire le mystère

Une nuit sans lune, une journée sans soleil. Une vie sans début et qui, bien entendu, n'aura jamais de fin.
Le temps qui, d'apparence, est le fil de la vie, cloîtré depuis toujours en un seul mouvement.
« Je suis » sans aucun doute mais sans aucune raison. Je suis ce qu'on appelle l'essence de la vie, l'arbre de connaissance.
Je ne suis jamais né, je suis ce qui n'est pas. Je n'habite nul part et suis tous les instants en un seul moment.

Extrait "SENTIMOTIONS" Michel CORBRION

J'ai subitement compris qu'une nouvelle voie artistique s'ouvrait à moi. Toutes ces réflexions que j'avais eues dans le passé, toute cette culture du dessin et de la peinture que j'avais acquise au fil des années devaient immanquablement se rencontrer. Il ne me restait plus qu'à les réunir, à les mettre en œuvre. J'allais pouvoir mettre en accord ces textes que je gardais jalousement au fond de moi avec ma peinture. J'allais les mettre en images.